François Trillo, parrain de l’association des Pénibles

François Trillo, parrain de l’association des Pénibles

François Trillo, journaliste sportif sur les chaînes de télévision du groupe Canal Plus est le nouveau parrain des Pénibles de Mauvezin.

D’un côté, le parrain : François Trillo, journaliste sportif sur les chaînes de télévision du groupe Canal Plus. De l’autre côté, le groupe des parrainés : les Pénibles de Mauvezin, une association de copains d’enfance, fêtant ses 21 années d’existence. Le parrain comme les parrainés ont déjà comme premier point commun une rentrée à la fois rugbystique et chargée.

En effet, les Pénibles créent une section rugby-loisir rattachée à la Renaissance Sportive Mauvezinoise, qui voit le jour le 6 septembre dernier, à l’occasion de la journée des 100 ans de rugby à Mauvezin. Et cette équipe démarre fort, puisque elle a remporté le tournoi de rugby à 7 lors de cette journée mémorable.

François Trillo, tout juste rentré de Pékin, où il avait la charge sur place de l’animation du plateau de la chaîne cryptée à l’occasion des jeux olympiques, prend les rennes de l’émission Jour de Rugby, désormais diffusée tous les samedi à 18h15 sur Canal +.

Comme l’année dernière il reprend également l’antenne avec son émission Les Spécialistes Rugby*, tous les mardis à 19H40 sur Canal+ Sport, décryptant l’actualité du rugby entouré de consultants parmi lesquels on retrouve Philippe Guillard « La Guille » et quelques figures du rugby : Thomas Castaignède, Philippe Sella, Philippe Bernat-Salles, Erik Bonneval, Olivier Roumat, Laurent Rodriguez, Thomas Lombard, Francis Deltéral ainsi que Pierre Villepreux.

Au delà de ce parallèle entre la rentrée du parrain et de ses parrainés, de multiples liens symboliques ou réels de filiations existent entre François Trillo et l’association des Pénibles, qui feront alors apparaître ce parrainage comme naturel :

  • Tout d’abord François a le même âge que la plupart des Pénibles, la quarantaine.
  • Ensuite, c’est un journaliste sportif reconnu dans la planète rugby : on ne peut s’empêcher de faire le lien avec le pionnier des journalistes rugby, sans conteste Roger Couderc , qui a choisi Mauvezin, la ville des Pénibles, comme dernière demeure.
  • Comme Les Pénibles, François est né dans le Gers, et plus précisément à Condom, tout comme ses parents.
  • Comme la plupart des Pénibles, François a joué au rugby. A Bègles-Bordeaux, il a fait partie du groupe champion de France en 1991, avec Bernard Laporte, Vincent Moscato, Serge Simon. Puis au Stade Français, où il participa à la remontée du club, au milieu des années 90, avec notamment le titre de champion de France de groupe B (la 2ème division de l’époque). Il est également indispensable de rappeler que son père, Jean Trillo , a occupé le poste de trois-quart centre avec son acolyte Jo Maso en équipe de France, et dans son club du CA Bègles-Bordeaux dans les années 60-70. Jean Trillo, reconnu alors comme un des ambassadeurs du fameux « French flair« , devint plus tard le co-entraîneur de l’équipe de France de rugby à XV, en 1991.
  • Pour finir, Hélène, la maman des deux Titou membres des Pénibles (les frères Olivier et Pierre Lannes) est la marraine de François Trillo, et une amie d’enfance de la mère de François, Jacky. La boucle est bouclée.

Rajoutant à tout cela une petite anecdote. Peu avant cet été, deux membres du bureau de l’association des Pénibles, Christophe « Dianou » Diana (le trésorier) et Pierre « Titou » Lannes (le secrétaire) en compagnie de leurs épouses, sont dans un restaurant parisien, le J’Go de Saint Germain , établissement tenu par un gersois. Ils se retrouvent par hasard à table à côté de François Trillo, et la discussion commence, forcément… Quelques temps plus tard, lorsque les Pénibles contactent François pour lui demander de devenir parrain de leur association, il accepte.

Les Pénibles remercient chaleureusement François d’avoir accepter de rentrer dans l’équipe !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.